CABINET du Dr SAVARY-LECLEVE Chirurgie Maxillo-Faciale- Stomatologie- Implantologie
CABINET du Dr SAVARY-LECLEVEChirurgie Maxillo-Faciale- Stomatologie- Implantologie

Les Implants 

1- Pourquoi remplacer les dents

  • ESTHETISME
    • Remplacement de dents visibles au sourire
    • Eviter le vieillissement du visage par fonte osseuse
  • CONFORT DE MASTICATION et D’ELOCUTION
  • EQUILIBRE OCCLUSAL garant d’une protection des articulations de la mâchoire

2- les traitements conventionnels

 

 

Prothèse partielle amovible           Bridge scellé  et  Bridge collé 

                               

                                       Délabrement des dents

                                       Durée de vie limitée

                                       Risque de perte osseuse

Esthétique limitée                                                    Technique non réversible

Intégrité physique non restaurée                               Risque de carie

Confort limité                                            Possible que si dents de part et d’autre

 

 

3-  Le principe du remplacement implantaire

La dent implantoportée restaure entièrement la dent : racine et couronne prothétique

Elle comprend:

  • Un implant : racine artificielle en titane ancrée dans l’os
  • Eventuellement un pilier : pièce intermédiaire vissée dans l’implant
  • Une couronne prothétique qui est soit scellée sur le pilier soit vissée dans l’implant

 

1- La pose de l’implant

 

La pose d’implant se réalise en condition stérile le plus souvent sous anesthésie locale. Après incision - décollement  de la gencive, éventuellement extraction puis préparation d’un puits d’implantation l’implant est vissé au sein de l’os.  Lorsque la qualité de l’os le permet, il est possible de visser  au sein de l’implant un pilier provisoire et même dans certain cas de faire une couronne provisoire immédiate.  Dans d’autre cas le patient peut (re)placer sa prothèse amovible provisoire

 

2- Vérification de l’osteointégration

 

Après un délai de 3 mois en mandibulaire et de 6 mois en maxillaire, il faut vérifier la bonne prise de l’implant: il ne doit plus tourner en vissage ou dévissage. Une anesthésie locale et une réouverture de la gencive ne seront nécessaires que dans les cas où il n’a pas été possible lors du premier temps de placer un pilier provisoire ou une dent provisoire.

Après avoir contrôlé l’ostéointégration de l’implant, on visse en son sein soit un pilier provisoire soit un pilier définitif.

 

3- Réalisation de la couronne définitive

 

Le chirurgien dentiste peut alors réaliser la couronne unitaire définitive

(Soit scellée sur pilier définitif, soit vissée au sein de l’implant). 

4- le dentascanner ou cone-beam

Dans certains cas, cet examen est réalisé avant l’extraction de la dent afin de juger si les volumes osseux peuvent permettre de réaliser dans le même temps opératoire, l’extraction de la dent et la pose immédiate de l’implant.

Dans d’autre cas, cet examen est réalisé secondairement après cicatrisation osseuse de la zone d’extraction (en moyenne 4 à 6 mois). Son étude  nous permet de mesurer exactement (rapport 1/1) les volumes osseux disponibles à la pose d’implant que ce soit en hauteur ou en épaisseur et donc de confirmer ou d’infirmer si la pose d’implant est possible et de faire des prévisionnels.

5- Avantages - inconvénient

  • La solution implantoportée respecte le capital dentaire car elle ne prend absolument pas appui sur les autres dents

  • Actuellement, c’est la technique permettant d’obtenir les meilleurs résultats au long terme. Le but étant une restauration à vie.

 

  • Elle permet l’obtention de prothèse fixe conférant  un confort augmenté qu’il soit masticatoire, gustatif  ou d’élocution.

 

  • Elle permet d’obtenir des résultats esthétiques supérieurs aux techniques conventionnelles non seulement en permettant d’obtenir des couronnes dentaires comparables  en tout point à une couronne naturelle mais également en permettant, via l’implant, une stimulation de l’os alvéolaire évitant ainsi la fonte osseuse responsable du vieillissement du visage.

 

  • Dans le cas de dent antérieure visible, lorsque les conditions le permettent, l’extraction de la dent  et son remplacement immédiat par une couronne provisoire placée sur un implant peut se faire en une seule journée. Ceci évite l’étape de la prothèse amovible provisoire.

 

  • La chirurgie implantaire est classée hors nomenclature, c'est-à-dire qu’elle n’est  pas  remboursée par la sécurité sociale. Certaines mutuelles proposent leur prise en charge.  La couronne sur implant est un peu prise en charge par la caisse primaire et donc au prorata par les mutuelles. Les prothèses conventionnelles sont partiellement prises en charge par les caisses cependant leur coût peut également être élevé et leur durée de vie plus limitée. La solution implantoportée peut être considérée comme  un investissement au long terme.

 

6- Suites post-opératoires

Le saignement postopératoire

 

Après une intervention chirurgicale, un léger saignement peut persister pendant les jours suivants, lors des repas, de l’hygiène buccodentaire… Ceci est normal et sans gravité. Une intervention de chirurgie buccale peut entraîner l'apparition d'un hématome ou d’ecchymoses (bleus). Cela est très variable en fonction des personnes et en fonction de l’intervention. En post opératoire on vous demandera de :

  •  Ne pas cracher mais d’avaler votre salive.
  • Ne pas manger ni boire  TRES chaud  pendant les 2 premiers jours et de préférer les aliments et boissons tièdes ou froides (ex : glaces en dessert).
  • Eviter tout mouvement de succion et d'exploration de la zone implantée avec la langue ou les doigts.
  • Ne pas faire d’hygiène buccodentaire le jour même de l'intervention (ni brossage ni bain de bouche). Après le repas, il faudra simplement rincer  la bouche avec un verre d’eau fraîche de boisson (à avaler).
  • D’appliquer une proche de froid

 

L’œdème (gonflement) et les douleurs

 

Une intervention de chirurgie buccale entraîne le plus souvent un œdème, une douleur ainsi qu'une légère difficulté à ouvrir la bouche. L'intensité de la douleur est très variable d’une personne à l'autre et selon la nature de l'intervention.

Pour  minimiser l’œdème et les douleurs, il faudra :

  • Dormir le haut du corps  surélevé (oreillers ou couverture sous le haut du matelas).
  • Prendre les médicaments anti-douleurs prescrits de manière systématique le premier jour
  • Appliquer une proche de froid

 

Les courbatures des muscles de la mâchoire et l’alimentation

 

Dans le cas d’intervention sur la mâchoire du bas, plus rarement sur la mâchoire du haut, des courbatures musculaires peuvent survenir. Afin de « lever ces courbatures » il vous sera conseillé de faire des mouvements d’étirements doux en ouverture buccale et sur les côtés. La majeure partie de notre alimentation classique est tout à fait possible (poisson, œuf, viande hachée ou en sauce, pâtes, riz, légumes cuits, fromage, etc.…). Vous adapterez votre alimentation en fonction de la gêne que vous ressentirez. Contrairement aux idées reçues, je déconseille une alimentation mixée (purée…), car elle est plus facilement source de bourrages alimentaires dans les zones opérées.

Du fait de l’intervention, la gencive est plus sensible sur les zones opérées. En conséquence il faudra éviter pendant 8/10 jours :

  • les aliments et boissons au goût « agressif » : acide, vinaigré, épicé…
  • l’alcool (il gêne la cicatrisation et interfère avec les médicaments prescrits).
  • les aliments croustillants (croûte de pain, frites, pizza…).

7- Les risques 

La solution implantoportée est une solution chirurgicale qui, même bien conduit, comporte donc des risques de complications certes rares mais dont vous devez être informés.

 

* Pour des dents des secteurs prémolaires et molaires de la mâchoire du bas :

Les nerfs mandibulaires ou linguaux peuvent réagir à l’intervention et aux phénomènes inflammatoires qui suivent cette intervention. Il peut en résulter une diminution ou une perte de la sensibilité et / ou des névralgies ou dysesthésies.

  • De la moitié du menton et de la lèvre inférieure pour le nerf mandibulaire
  • De la moitié de langue pour le nerf lingual

Ce phénomène est, dans la majorité du temps, transitoire mais peut, de manière exceptionnelle, persister définitivement sur une petite zone.

 

* Les sinusites pour les dents des secteurs prémolaires et molaires de la mâchoire du haut  qui peut nécessiter l’ablation de l’implant

 

* Infection de l’implant et/ou la  non ostéointégration

L’infection est liée aux germes de la cavité buccale. Le plus souvent cet échec survient dans la première année et dans la majorité du temps, le praticien s’en rend compte avant ou  lors du deuxième temps opératoire c'est-à-dire avant la réalisation de la prothèse.  Dans certain cas, l’infection peut être jugulée et l’ostéointégration de l’implant est possible. Dans d’autre cas, il faut déposer l’implant et dans la majorité de ces cas,  il est possible de reposer un implant secondairement. Pour ma part, cette intervention ne donnerait pas lieu à facturation de matériel implantaire ou d'honoraires chirurgicaux.

Des précautions particulières permettent de les minimiser sans malheureusement les réduire à zéro :

  • Reprendre une hygiène buccodentaire rigoureuse dès le lendemain matin
  • pas d’alimentation mixée

 

* Fracture de l’implant ou du pilier ou encore le dévissage  du pilier ou de la prothèse 

Dr SAVARY LECLEVE Virginie
2 Boulevard des Anglais

44100 NANTES

Téléphone 

02 40 40 10 79

 

Email

 secdrsavary@gmail.com

 

Prise de rendez vous de consultation possible sur doctolib.fr